de-DEfr-FRen-US
GO
de-DEfr-FRen-US

27

oct.

2017

Journée de travail dans un climat de serre

Il régnait un climat de serre et de transpiration dans la St. Jakobshalle à guichets fermés ce vendredi, journée des longs couteaux en quarts de finale. Posez donc la question à Marin Cilic. Le tenant du titre a dû batailler trois heures pour se débarrasser du qualifié hongrois Marton Fucsovics (ATP 100). L’horaire fixé pour les matches en fin de journée n’était là que pour la forme. Et par-dessus le marché le chouchou du public Roger Federer (photo) a emprunté la voie lente, du moins au début de la rencontre. Il a perdu le premier set, conséquence aussi de ses 16 fautes directes. Son adversaire Adrian Mannarino (ATP 28), un sous-officier de la force de frappe du tennis français a livré une vaillante opposition en usant des avantages classiques des gauchers. Mais Federer a remis son jeu en place. «A partir du deuxième set, j’ai commencé à mieux bouger et mon jeu est redevenu énergique.» Après son élimination à Bâle, le Français a du temps pour régler son problème tout particulier de matériel. Il s’est rendu à Bâle avec exactement deux instruments. Le modèle qu’il utilise, «Aero Pro Drive 2015», n’est plus fabriqué. Le joueur a donc lancé un appel sur Twitter et a rapidement reçu du public cinq nouvelles raquettes auxquelles il accorde sa confiance. Le contrat de Mannarino avec Babolat est arrivé à échéance. Etant donné qu’il corde ses raquettes avec du luxilon à une tension de seulement 17,5 Kilo kilos, le risque de casser son cordage est plutôt mince. Monsieur Mannarino peut toutefois s’acheter quelques nouvelles raquettes pour 2018.

«janvier 2018»
lun.mar.mer.jeu.ven.sam.dim.
25262728293031
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930311234