de-DEfr-FRen-US
GO
de-DEfr-FRen-US

29

oct.

2017

Un Federer parfait a joué en numéro 1 mondial

Aucun auteur n’aurait pu écrire un scénario aussi parfait et percutant. On a eu droit à un véritable récital sur le court central avec un seul artiste dans le rôle principal: Roger Federer (photo) a produit son meilleur tennis au bon moment devant son public au grand dam du Belge David Goffin réduit au rôle de faire-valoir dans cette partie soldée sur le score de 1:6, 2:6. Federer rencontrera en finale (15h00) Juan-Martin Del Potro. Dans les confrontations directes, on en est actuellement à 17:6 pour le Suisse.

C’était comme si Federer avait chargé l’ensemble de ses performances de Melbourne ou de Wimbledon sur un camion et les avait transportées à Bâle. Il a géré les échanges sur le court central de manière souveraine avec constance et sans prendre de risques. «J’ai parfaitement joué, dans beaucoup de situations, j‘avais plusieurs options à disposition» a commenté le maestro pour décrire ce qui s’était passé. Le pauvre Belge, plutôt un artiste qu’un déménageur, n’a pu ni tenir le rythme de son adversaire, ni le ralentir, on ne parle même pas de le casser. Goffin était à la même enseigne que Helene Fischer. Il était à bout de souffle lors de cette journée de tennis.

Pour ce qui sera maintenant sa 13ème finale à domicile, l’ancien ramasseur de balles vise son huitième titre aux Swiss Indoors, un record qu’il a atteint cette année à Wimbledon. Dans un monde sportif compétitif comme le tennis, ce sont des chiffres impressionnants. Bien sûr que Federer n’est pas une machine, mais à l’âge de 36 ans, son tennis est encore en parfait état. A l’heure de l’interview, il a confirmé qu’il a développé et amélioré son tennis ces dernières années. Federer a déclaré de façon directe: «Je déteste faire du surplace.»

La stabilité de Federer dans son propre pays, sa ville natale qui lui permet de neutraliser et satisfaire attentes élevées du public est également remarquable. Cette semaine a été «une semaine, qui bouffe» pour son collègue avait fait remarquer l’ancien champion Marc Rosset. Il voulait dire par là que cette semaine est exigeante et stressante parce qu’elle demande une grande débauche d’énergie de la part de la star. Le meilleur technicien a répondu aux sollicitations en restant concentré. En demi-finales, il a joué comme le nouveau numéro 1 mondial. Affaire à suivre en 2018.

«janvier 2018»
lun.mar.mer.jeu.ven.sam.dim.
25262728293031
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930311234